Comment céder son entreprise : les prérequis

Vue réduite d'une tête de voilier et d'une partie du mât

Publié le 6 Oct, 2019

Céder son entreprise est une étape importante pour un entrepreneur. La cession d’entreprise a de grandes conséquences tant pour l’entreprise elle-même que pour le cédant et le cessionnaire. Trouver un bon repreneur n’est pas la seule condition à la réussite d’une cession d’entreprise. Ici, anticipation et préparation sont synonymes de réussite.

Prérequis n°1 : évaluer son entreprise

Valoriser son entreprise est la première étape d’une cession d’entreprise réussie.

En effet, comment bien vendre son entreprise lorsque vous ne connaissez pas sa véritable valeur ?

C’est la raison pour laquelle céder son entreprise suppose une minutieuse analyse de la situation de l’entreprise tant sur le plan comptable que sur les éléments juridiques, financiers, sociaux, fiscaux et environnementaux.

Il faut donc effectuer de nombreuses investigations pour évaluer les forces et les faiblesses de votre entreprise, ce qui sera fait également par votre repreneur.

Plusieurs méthodes existent pour évaluer une entreprise mais en réalité c’est souvent la combinaison de plusieurs méthodes qui permettent d’arriver à une évaluation juste de la valeur de l’entreprise.

Un audit global de l’entreprise est donc indispensable pour permettre au repreneur ainsi qu’au cédant de connaître précisément ce qui est acheté ou vendu.

Les intérêts antagonistes de chaque partie à la cession ne sont pas nécessairement inconciliables, le compromis de vente ne pouvant se réaliser qu’uniquement si toutes les parties ont une pleine et entière connaissance de la situation de l’entreprise.

C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle il est exigé dans les cessions d’entreprise qu’au moins une information financière sur les trois dernières années soit donnée au repreneur pour éviter les surprises.

Prérequis n°2 : Déterminer les conditions de la cession

Maintenant que la valeur de l’entreprise est déterminée, se pose la question des conditions même de la cession.

La première des questions est celle du mode de cession en lui-même : cession de fonds de commerce ou cession de titres sociaux.

En effet, ce sont deux modes de cession d’une entreprise différents qui ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

Le choix entre ces deux modes de cession devra être pondéré selon les intérêts de chacune des parties en présence.

Une cession de fonds de commerce consiste dans la vente de l’actif principal de la société : « son outil de travail » et ne concerne pas la structure même de l’entreprise qui fait l’objet d’une cession de titres sociaux.

La différence entre ces deux modes de cession d’entreprise est de taille puisque cédant et repreneur vont y trouver chacun un intérêt différent qui va avoir une incidence sur le succès de l’opération, sur son coût et sur les engagements de chacune des parties.

Se faire accompagner par un professionnel en amont d’un projet de cession est donc primordial pour être sûr de choisir la bonne opération.

Les contentieux sont fréquents ! Autant bien s’entourer dès le départ non ? Les avocats de STRATEGIA vous accompagnent pour toute vos opérations d’acquisition d’entreprises.

STRATEGIA est un Cabinet d’Avocats qui accompagne les TPE, PME et STARTUP dans leur structurations et optimisations en droit des sociétés, droit social, droit des contrats, droit fiscal et contentieux de l’entreprise. Notre Cabinet a notamment su se démarquer par sa transparence tarifaire et son engagement aux côtés des entrepreneurs.

Vous pourriez aussi aimer…

Tout savoir sur le rétablissement professionnel

Tout savoir sur le rétablissement professionnel

Le rétablissement professionnel est une alternative à la liquidation judiciaire des entrepreneurs personnes physiques. Il ne s’agit pas d’une procédure collective contrairement à la sauvegarde des entreprises, au redressement judiciaire ou à la liquidation judiciaire...

La prévention des difficultés : le mandat ad hoc (partie 1).

La prévention des difficultés : le mandat ad hoc (partie 1).

Né de la pratique des Tribunaux de commerce, le mandat ad hoc est un mécanisme judiciaire souple souvent utilisé par les professionnels de la matière des entreprises en difficultés. En effet, face à une situation de crise et de difficultés sérieuses de...

Le présent article est publié à des fins d’information du public. Il n’a pas vocation à être exhaustif et il ne constitue aucunement une consultation personnalisée. Nous ne pouvons pas garantir son application à votre situation. Nous alertons en effet nos lecteurs que la législation est en évolution permanente et qu’un article généraliste ne saurait remplacer une consultation personnalisée parfaitement conforme à la législation en vigueur au jour de la survenance de votre besoin. Pour une réponse/solution personnalisée à toute question/problème nous vous invitons à nous interroger directement en nous contactant par le biais de notre formulaire de contact.